L'École des femmes

de Molière

jeudi 13 octobre 2022

Théâtre

  • 19h00

  • Théâtre Chateaubriand

1h30

séances scolaires à 10h00 le 12/10 et 14h00 le 13/10

Tarif Découverte De 20 € à 10 €

La première grande comédie classique au service du féminisme

DISTRIBUTION

Adaptation et Mise en scène

d’Anthony Magnier 

 


Compagnie Viva

 


Avec

Mickael Fasulo, Eva Dumont en alternance avec Agathe Boudrières, Victorien Robert en alternance avec Victorien Robert.

 

Conception lumière : Charly Hove
Musique : Mathias Castagné
Costumes : Mélisande de Serres

 

Avec le soutien de AVEC LE SOUTIEN DE Centre Culturel Georges Brassens - Avrillé Ville de Versailles Centre Culturel Aragon Triolet - Orly Centre Culturel Yves Montand - Livry Gargan Tanzmatten - Séléstat - Buc Festival du Mois Molière

 

SPEDIDAM
Région Ile-de-France

LE SPECTACLE

Avec L'École des femmes Molière livre sa première grande comédie. Mêlant génie, cynisme et âpreté, l’auteur mène une réflexion sans concession sur la condition féminine de son temps, alternant des scènes d’une grande cruauté à d'anthologiques moments de comédie et de farce. C’est la sixième rencontre d’Anthony Magnier avec Molière. Il nous transporte avec brio du burlesque au drame. 

 

Arnolphe prétend qu’une femme ne peut être sage et ver-tueuse qu’autant qu’elle est ignorante et niaise. Aussi, pour avoir une épouse à sa guise, il fait élever sa jeune pupille, Agnès, au fond de sa maison, sous la garde d’un valet et d’une servante aussi niais qu’elle.

 


La jeune Agnès, qui a été élevée dans la plus grossière ignorance, se fatigue bientôt de l’isolement où on la re-tient. S’étant mise un jour à la fenêtre, elle aperçoit un beau jeune homme qui la salue ; elle, qui ignore jusqu’aux plus simples convenances, rend le salut qu’on lui fait et se laisse bientôt prendre au bel air et aux belles paroles du jeune Horace. On rit du supplice du pauvre Arnolphe qui finit par faire pitié, tant il est puni de son système d’éducation.

 


La leçon que voulait donner Molière était bonne, sans doute, mais nous l’avouerons, elle est présentée sous une forme qui n’est pas sans danger, et le poète s’y permet des plaisanteries, des jeux de mots et des expressions des quels une oreille chaste peut s’alarmer avec raison. 

 

À PROPOS

"Avec une prise de risque bien maitrisée, l’adaptation éclairée d’Anthony Magnier d’un des best of historique de Molière est un modèle du genre. Il signe un spectacle enlevé, drôle et donnant la part belle aux comédiens. L’école des femmes, devient ici une école pour les hommes..." Singulars